SE SOUVENIR DE...
JEAN-PAUL BELMONDO

 

Ce 6 septembre 2021, à la Mostra '78, la correspondante à Venise pour Raitre aurait bien voulu éviter, elle aussi, de devoir annoncer le décès, à l'âge de 88 ans de Jean-Paul Belmondo... Très fragilisé depuis son AVC, né à Neuilly-sur-Seine et de sang italien, Bebel est une légende du cinéma français, et du septième art tout court, pour ses apparitions dans les films de la Nouvelle Vague comme pour l'interprétation de personnages plus coriaces. Dans le chef-d'œuvre "La Ciociara" (ou "La paysanne aux pieds nus"), de Vittorio De Sica, sorti en 1961, l'Italie était encore à ses côtés, incarnée par le charme puissant de Sofia Loren...

 

Belmondo et loren



C'est toujours dans la cité lagunaire que ce grand habitué des prix et des Festivals avait reçu, en 2016, le lion d'or pour l'ensemble de sa carrière. On peut feindre d'ignorer pourquoi (entre autres raisons !) ce pilier du cinéma, ami et rival d'Alain Delon, a toujours admiré le cinéma italien... Et trouver la réponse de Belmondo dans ce bel article. Réplique aussi amusée que sérieuse ! Et puis, en conclusion : ce monument du grand écran, ne se prenant pas au sérieux et tenant à jouer personnellement même les scènes les plus extrêmes, avouait avoir réalisé tous les souhaits de sa vie. Donc pour lui... seul restait le souhait de profiter du soleil et de la mer, tandis que pour nous, aujourd'hui, restent un souvenir ému et... l'embarras du choix, parmi pas moins de quatre-vingt films au compteur.
Emmanuel Macron est parvenu à intégrer à ses mots la saveur d'un "ciné-portrait", jouant sur la vérité de quelques oppositions : «  Jean-Paul Belmondo était un trésor national, tout en panache et en éclats de rire, le verbe haut et le corps leste, héros sublime et figure familière, infatigable casse-cou et magicien des mots ». Tout est dit ! Ou presque : parmi l'ensemble des réactions (à lire sur France Info Culture, sans faire l'impasse sur les mots de Toni Servillo et Claudia Cardinale), citons ici Christian Clavier : « Jean-Paul Belmondo va terriblement nous manquer. C'était une immense star, qui a dédié sa vie au public, un homme d'une extrême gentillesse, et ses films sont innombrables et formidables : "Cartouche", "Un singe en hiver", "L'homme de Rio" [courts extraits]... Chapeau l'artiste ! »  


BelmondoClic sur : Vive émotion à Nice, en particulier...

 

Mais encore / Per finire... - Multiples initiatives RAI à part, et sur le Bebel public et "privé", «per sempre fino all'ultimo respiro», voici notre exemple presse d'hommage approfondi, côté italien un article de Sara Sirtori nécessairement très... amical (pour "Amica", du célèbre quotidien "Corriere della sera").